Shadow Boxing

by Letar

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
02:01
2.
02:19
3.
4.
01:08
5.
6.

about

EP 6 titres " Shadow Boxing " disponible maintenant sur toutes les plates-formes.

ampl.ink/gemmO

credits

released October 13, 2018

Lyrics & Vocals : Letar
Production : Kevin Rosianu
Mix : Kevin Rosianu & G2oD
Mastering : Renaud Nasch
Label : Luke One Recordings

license

all rights reserved

tags

about

Letar Lausanne, Switzerland

Letar, artiste lausannois présente son premier EP produit entièrement par Kevin Rosianu, artiste également lausannois.

contact / help

Contact Letar

Streaming and
Download help

Report this album or account

Track Name: Follow back
Elle m’a pris mes sou-rires
Puis elle m’a primmé-su
J’te rentre dans l’cadre
Faudra imprimer ça,

Voyage aller retour
On fait dans l’érotisme
Ils disent que la roue tourne
Tu finiras sur les rotules

Avant de lâcher prise
Toutes ces paroles je les retire
Puis les craches sur ton dos
Vider mon palpitant
Montrer cette carence
Parmi tant d’autres

J’ai rêvé d’mille et une filles
Pour combler mes milles et unes failles
Mais ces mille et une failles viennent d’ces mille et une filles

Elle a les yeux Revolver
Munie d’un collant
Elle viendra raffaler l’école entière

Reste toi même, chais pas qui t’imite
T’es au sensuel ce que je suis au Rap
Talentueuse mais timide

Qu’est-ce qui désinhibe ?
Dis moi, pourquoi veux tu te déshabiller
S’il n’y a que ton sourire que j’ai vu de ta garde robe ?

On laissera nos limites, dans nos lits dans un quart de rhum
On a pris une photo ratée, est-ce que tu la garderas ?


Refrain :

Elle me fuit, mais elle me follow
Fuit mais elle me follow back,
Fuit, mais elle me follow
(Elle)
Fuit mais elle me follow back


On va s’déchirer Pour s’mettre ensemble,
Du sport en chambre dans un tissu d’mensonge
Quand tu m’enjambes j’ferai plus la tête pensante
Enlève tes vêtements sans
Dire un mot,

Fais parler ton corps

Soirée dansante, ou j’n’entend que tes battements cœur

Chuis maudit mais dis moi des mots d’amours
Ouais dicte mon rôle,
Laisses pas mes démons te prendre dans la ronde,
Quand je goûte ton arôme

Est-ce une erreur ?
Écoute toi, ton cœur fait des coups d’tonner-e !
J’touche ton corps en éclaireur
Et j’y vois clair-e

Aucun risque !
Nos myocardes ne font plus qu’un rythme
J’veux te dire des mots doux à en avoir des caries
Rien à déclarer,
Dans la dope j’ai qu’la rime

Un cœur, deux battements,
Une pierre deux coups
Pas d’guerre de couple
Écoute moi, mais reste dans ton ness-bi

Si l’espace, entre tes parenthèses n’aura jamais la largesse de mon esprit.


Refrain :

Elle me fuit, mais elle me follow
Fuit mais elle me follow back,
Fuit, mais elle me follow
(Elle)
Fuit mais elle me follow back
Track Name: Kumite
(aaah)
Vous faites tous les « grandes têtes »
Debout en cercle
J’tire une balle à la Wanted : Dead.

J’me mets à niveau
S’il est monté
On est du même clan
Si les mots t’aident

Je végète
En me demandant qui vais-je être ?
Pendant qu’les rimes
Qui s’éjectent de ma bouche
Frappent
Ceux qui m’esquivent et jactent
Hématome noir matte
Celui qui mise sur l’échec

Un coup qui part dans ta Komi Kami
Plié en quatre
Les phrases font de l’Origami
Les grosses têtes chialent
Comme des gamines
Pendant que mon rap les décapite
(aah)

J’avance jusqu’à mi terrain
Dans mon cœur y’a un Kumite
Crime passionnel,
Prêt commettre mes rêves
Mais qu’avec mes reufs
On va faire un truc sale
Sans venir d’un coin miteux

On m’a dit : t’es rien
Mais j’continuerai à faire des plans sur la comète (hein)
Depuis quand rabaisser les bons gars
C’est mieux qu’en être un ?

A la conquête de l’espace, coincé dans une étreinte
Réalité virtuel, crève l’écran
Les rêves des kids ne sont plus les rêves des grands
L’histoire n’est jamais aussi belle que quand on l’écrit
Les rêves jamais aussi beaux que Quand on les créer

Vous vous croyez dans les étoiles ?

Vous êtes juste hors beat…

« On va pas débattre sur un carton jaune »

Mais tout le monde finira par crier sur l’arbitre

Celui qui n’pourra m’supporter
Passera par dessus l’portail
(Oh Letar !)
Tu dépasses les bornes là

Un bol d’air et j’déplace les montagnes
C’est fini
L’encre noir ne dépeindra pas sur l’mental

On est tous pris dans le prisme
Mais plus personne brise mes rêves

La joie s’imagine, le triste est réel
Mais dis moi que vaut la vie terrestre
Quand ceux qui te terrassent
Sont ceux qui Maitrisent les règles

(ah ouais)
Dur de trouver une vie qu’est stable
Quand ceux qui s’intéresse à toi
Derrière le verre teinté
Péteront la vitre et s’taillent

Viens si t’es désemparé
Si ça te retourne les intestins
C’est que la vitesse t’as eu

Capte la différence
Entre celui qui succombe
Et celui qu’a su comblé ses blessures
C’est pas l’même processus

Bats toi
Pour que les phrases que tu ponctue
Te fasse d’l’acuponcture
Thérapie par le rap, j’crois qu’j’suis dans l’thème
(ah !)

On se rappellera de ceux qui s’distinguent
La folie ne vient pas toujours de ceux qui s’disent dingues
An a pris distance
Avec ceux qui ferme les yeux
ou qui s’déguisent, qui s’feintent.

Fame.

Que ceux qui ne m’arrivent pas à la ch’ville, montent sur leurs grands ch’vaux !
(On m’a dit t’es rien)
Que ceux qui ne m’arrivent pas à la ch’ville, montent sur leurs grands ch’vaux !
(J’continuerai à faire des plans sur la comète, hein !)
Track Name: Messes basses
On s’regarde de haut,
Entre nous y’a trop peu de promiscuité
Trop peu de passionné et trop de potes,
Qui m’ont promis d’s’cuiter
Ce soir donne tout ce que t’as
Montres nous ce que t’es !

Avec un beat, et un peu d’inspi’
On sera les trois mousquetaires !

Faut qu’tu montre c’que t’arrive a faire
Que t’arriveras fort,
Faut qu’ta rime elle affirme
Qu’y’a que les mots
Qui viennent te prêter main forte

J’ai pété la vitre qu’était près d’la porte
Merde, tout ça pour rapper
Tout s’que j’ai raté
(Même au sommet d’ma forme)

Le manque de sommeil, m’assomme mais
Tout s’passe pas si mal
Comme au cinéma, t’aime l’acteur principal que s’il est mort
Alors j’vais m’tuer à la tâche, pour qu’mon rap
Soit digne qu’tu l’garde en tête
Y aura plus de parenthèse,
A part si j’passe à la trappe
C’est pas comme Aladin
Même si tu t’frotte au génie
T’attraperas pas la dame
« Abracadabra »
déjà la fin du film !

Si t’es qu’un putain d’puriste c’est qu’t’es un peu apeuré
j’fais du putain d’peura, et pour le reste,
J’crois vraiment
Que j’peux rien faire pour eux

T’as la bouche ouverte et moi les poings serrés
Un gosse qui s’éloigne de ses rêves
Des bouts de feuilles lacérées
Que j’m’emporte comme ça c’est rare
Que mes proches me protègent,
Que jamais j’pète un plomb pour finir dans l’système carcéral

J’connais pas les halls et les allées,
Mais j’connais les aléas, les hauts, les bas, être paumé et en parler

Sur feuille de papier, paré pour l’peura
J’aurai du mal à m’tempérer, mais tant pis,
Nous rappons c’que nous avons dans l’bide,
Les rimes s’empilent
Le rythme s’emballe
J’suis mort dans l’film
Mais j’écris la fin
Une balle dans la tête, couvert par un bruit d’cymbale

J’écris du rap pour compenser
Dites moi qu’en pensez-vous ?

J’pense pas qu’les gens danseront
Quand ils capteront l’son,
En entendant
Tout s’que j’ai dans l’crâne
Nuit noire, et un éclair de temps en temps
Crois pas qu’on s’en tape
Ou qu’on soit consentant
Les bads se comptent en larmes
On prend l’large
Mais ces deux trois lattes,
Font qu’on se trompe

Mec faut s’concentrer
C’est que l’début du match et dans mon cas
La balle n’est même pas dans mon camp
Mais dans le rond central

Tout reste à faire, ouais j’ai trop d’trucs à prouver
La vie n’est pas aussi facile que d’trouver des drogues dur

Le long du trottoir de ma rue
J’évite de trainer trop tard
L’aiguille de la trotteuse me pointe,
Le temps passe trop vite dans cette prise d’otage !

Bordel, chez mes potes j’vois trop d’laisser aller
Pourtant on a jamais été pauvres et désarmés

Putain, la drogue en a eu plus d’un
L’alcool j’en parle même pas
On dépense un butin, pour des clopes qui vont nous buter ?
Merde !

On s’émerveille
Sur des trucs insensés
Prendre du recul un instant c’est dur
Faire de grandes études
Être prêt à s’lancer

Quand est-ce qu’on lassera
D’notre routine, dis moi ?
Y’aller en roue libre, t’imagine !
Sans freins
Et y laisser couler toute ma rime

Personne ne sait qui j’suis
Mais j’compte bien m’faire entendre vraiment
Qu’on m’considère en tant qu’Letar,
Qu’on oublie mon prénom

Mec j’viens m’imprégner d’l’instru’
C’est comme ça que j’m’instruis
C’est clair que j’viens pas d’la street
Mais laisse moi balancer s’truc !

On va tenter ce rap
Peut être qu’tu détesteras
J’dirai pas qu’j’en ai rien à foutre
Car qu’tu m’écoutes
C’est tout s’que j’espère gars

Tant qu’le respect s’gagne
C’est qu’y’a tout à gagner car
Y’a que quand on te regarde pas de haut
Que s’évitent les messes basses

Montrer qu’j’suis pas si perdu qu’ça
Pendant qu’le rap m’éduque j’sais
Que dans les trucs sales
Se trouveras pas le succès.
Track Name: Méandres (feat Poncini)
(Poncini)

Aucun chemin chemin ne mène mène où je pense aller
la route glisse mon salaud la mer n'est qu'un verre d'eau salé
aucun chemin chemin ne mène mène où je pense aller
j'aperçois les yeux insolents du vent qui me disent reste là
et dans la ville mille chemins
je marche où aucun ne mène mes pieds se mêlent aux kilomètres
le froid picore mon bas ventre et le temps me ligote
et dans mon crâne j'entends parfois un cheval blanc qui trotte
j'écris des textes à tire-d'aile dans mon cerveau des tarentules
le ciel est une farandole où les danseurs sont sans pitié
cent mille guêpes m'ont piqué ma peau n'est plus qu'un songe
je chante jusqu'à en crier mes pensées sont alambiquées
et quand les squares s'endorment alors je sors de ma caverne
mes doigts traversent le macadam la nuit me voit à peine
aucun chemin ne mène là où me mènent les mots
aucun che aucun che aucun chemin ne mène là où me mènent les mots
et dans mes poches sont bien cachés mes poings serrés
mes mains cassées mes freins tirés mes trains passés
j'écris bien plus qu'à l'occasion je comble mes errances
je bronze à l'ombre des géants
allonge-toi sur moi demain je t'aime allons-nous-en allons-nous-en
aucun chemin aucun chemin ne mène à l'horizon à l'horizon
j'entends des voix électroniques et tout de moi m'est étranger
au creux de ta main j'ai mangé tous les éclats tous les dangers
j'entends des joies et des chroniques et je les vois se mélanger
dans ce dessin ces éléments et moi j'essaie de chasser les mots
dans un essaim de neuf milliards un oeuf qui casse un oeil qui s'ouvre
et sous mon torse un coeur qui bat et sous l'écorce une fleur qui pousse
aucun chemin chemin ne mène aucun chemin ne mène où je t'adore ouvre ta porte aucun che aucun chemin ne me mène où me mène la mort

Refrain:

D'la matière grise mixée dans la peinture
(Allons nous-en, allons nous-en, allons nous-en)
(Chais que j'suis pas stable)
Un teint terme, il suffit d'une tache pour qu'on t'interne
(Allons nous-en, allons nous-en, allons nous-en)


(Letar)
Mais non me dites pas ça,
J’ai maté chaque année passer
Même si j’sais que j’suis pas stable
Crois pas que j’reste que qu’j’matte la scène
Assis,
J’en ai Assez, ça m’saoul c’est
Ceux qui n’osent jamais, qui stagnent
On reste entier
Malgré les quelques membres cassés
Et même qu’on on n’demande qu’à ça

Bon qu’à saigner si on s’attaque
Esquive, ou met un
P’tit pont quand ça tacle

Libre que si on s’attache

Une expérience
Que même la sci-ences à tej’
Moi ?
Devant le rap un élève
Appréci-ant sa thèse

Mais il faudrait qu’ils se taisent tous
Un sac plastique autour d’leur tête
Pour apprécier le calme
Même quand la violence t’aide

J’étais pas là lors de leur deal
Si tu m’crois pas regarde l’heure de l’ordi
On nait, pour sortir de l’ordinaire
Il serait temps de leurs dire

Maux d’têtes carabinés
à croire que l’aube leur tirait dessus
Concurrents en gueule de bois,
Letar promène le dog en vet-sur

J’croise ma confiance, oh on s’voit quand ?
T’es en retard, à croire qu’on a pas les mêmes attentes
Un reine quitte mon royaume et laisse le trône vacant
Faut qu’j’arrête les Selfies, quand
Mes démons posent sur mes photos d’vacances

Ma dose m’attend
Peura tôt l’matin
Les pieds sur terre mais
On verra bien qui ose m’atteindre
A huis clos j’matte le
Monde puis
J’pose ma tête
Ouais faut qu’j’m’adapte
J’pose mes couilles sur la table
Avant qu’j’m’explose la tempe
Track Name: J'écouterai plus de Rap
On m’a dit t’écouteras plus de rap, tu finiras par mûrir !
Fuck !
Plutôt mourir, j’aime trop quand les mots rimes

Personne n’aura mon aura même mort ivre

Tous les chemins mènent au rap
Et aux phrases qu’tu mémorises

Si t’en peux plus d’mes théories…
Pourquoi tu viens t’coller au rythme ?

Marier au hip hop ?
C’est que des amourettes
Une carrière tient à une corde
Et j’mets des coup dans l’tabouret

Les phrases finiront tatouées
Tu nous trouverait fort ?
Et si on t’l’avouait !
Attention tu vas t’prendre des sales rimes de plein fouet
Ouais j’passe tous les obstacles
On m’dit de lever l’pieds
Seulement pour mettre une grosse frappe
Un petit pont sur l’croche patte
Vas-y approche, (peh,peh,peh)

Tu feras des cauchemars
Un conseil couche toi aux premières gauches droites

J’arrive plus rien à assimiler
Les yeux couleurs AC Milan
Le flow dans les cellules, le rap dans le liquide séminal
T’es en retard, j’arrive à cent mille à l’heure
La mine est posée, les autres sont minables.

Faut qu’tu note que j’suis remonté à bloc
Et qu’t’es rien qu’une connasse
Qui fait des pompes sur « Till I collapse »

Si y’a plus d’alcool à boire
Faudra pull up !

Vu qu’j’suis kedal j’aimerais tout avoir
Un poison et j’me tue avec
Approche pour qu’tes fesses blanches prennent d’la couleur


« You what I’m sayin »
La semaine j’écris des rapports au médecin
Le samedi j’suis un rappeur, yo mets l’son !

J’rêve d’être Iverson
Quand le Réveil sonne
Après ce son j’craindrai plus personne.

(Pont)

Et si Letar est saoul c’est que Letar est seul
La folie n’est que l’reflet de la raison
Dans le miroir un visage qui m’espionne
Le samedi j’suis un rappeur yo mets l’son

(Kevin)
(yo, yo, yo, yo…)
mets l’son ! x3
(yo,yo,yo,yo,…)
On m’a dit t’écouteras plus de rap, tu finiras par mûrir x2

Fuck, fuck, fuck, fuck, fuck !

J’fais du Shadow Boxing avec mes démons
Ils finiront la tête sur le béton,
Crack, mâchoires pétées

Crois pas grandir dans le néant sous les néons
Des boites
Crois pas qu’on t’épargne
Quand t’es hanté par
Les ombres
Et qu’la lumière les allonges

Viens mesurer tes esprits
On verra si t’es un homme,
Mais n’en parle à personne,
C’est la condition sine qua non

Frère, t’es qu’une story j’suis un cliché canon,
Ils font des erreurs mais c’est plus Letar qui les pardonne !

Flow dark
Homicide, t’arrive trop tard
Ça fait un bail qu’les sirènes sonnent

J’entends « Sky is the limit »
Mon rap un Missile air sol.

If you like Letar, you may also like: